Que voulez vous ? 

usine chiots tchec
sweety chenillea

 

Quand on achète sa baguette, on choisit d’aller dans une boulangerie artisanale, on a un pain frais, fait par un professionnel qui a choisi avec soin sa farine, qui a appris son métier, qui se lève très tôt dans la nuit pour vous faire du bon pain. Il ne compte pas ses heures, au détriment parfois de sa vie de famille. Il a des charges conséquentes.

Quand on achète sa baguette dans un dépôt de pain, celle-ci est réalisée avec de la farine bas de gamme, pour un coup moindre. Ce n’est pas un professionnel qui vous vend du pain, il ne fait que réceptionner, il ne se lève pas au milieu de la nuit, il a des horaires corrects. Ces charges sont minimes contrairement à un artisan.

Ces exemples sont valables également lorsque vous achetez un chien.  Il y a des vendeurs, et il y a des éleveurs.

Les vendeurs alimentent les trafics de l’est : Est-il utile que je vous rappelle les conditions dans les lesquelles naissent les chiots issus de ces trafics ?

Allez, une « petite » piqure de rappel ne fait pas de mal !

  • Les femelles sont parquées dans des hangars, dans des cages à même le sol. Elles ne sortent pas, vivent dans leurs excréments, leur nourriture leur est lancée dans leur cage. Elles sont saillies toute l’année, se débrouillent pour mettre bas, elles ne voient pas le vétérinaire en cas de complications car il n’est pas question d’avoir de frais, elles sont sacrifiées à coup de  pelles en cas de complications, et subissent le même sort quand elles se sont plus en état de reproduire. Les chiots ne sont pas sous lampe chauffante, les plus résistants survivent, ils sont arrachés à leur maman à 6 semaines sans sevrage préalable.

  • Ils arrivent en France bourrés d’antibiotiques, entassés les uns sur les autres dans des conditions d’hygiènes déplorables.

  • On les retrouve dans les animaleries, dans beaucoup de chenils multi-races qui se disent éleveurs, ainsi que dans les salons/foire du chiot.

  • Ces derniers ont comme pratique courante de passer des annonces un peu partout sur la toile, quand ils ont suffisamment de réservations, ils passent commande dans l’est, les chiots sont livrés bien souvent en fin de semaine pour partir dans le we, ou dans les animalerie-salon du chiot, ceux-ci ayant lieu les week-end.

C’est comme cela que bon nombre de personnes qui auront craqués sur un chiot en animalerie vont se retrouver dans les jours qui suivent chez le vétérinaire avec un chiot atteint d’une grave maladie mortelle, au mieux bourrés de parasites et présentant des troubles digestifs graves dû au fait que le chiot n’a pas été sevré ! Ces chiots sont vendus dans les animaleries à des prix exorbitants pour des chiots non LOF, (sans pédigrée).

Les prix pratiqués en animalerie pour un chiot shih-tzu non LOF ce situe entre 800 et 1200 euros ! C’est à dire les même prix pratiqués dans un élevage familial sérieux qui propose uniquement des chiots LOF dont les parents ont été rigoureusement sélectionnés ! Des chiots élevés en famille, avec un suivi vétérinaire, et qui ont été socialisés.

Dans les chenils, les prix sont inférieurs, c’est vrai. Mais cela s’explique par le fait que les chenils souhaitent écouler le « stock » de chiots dans un délais très bref. Pour eux, le débit vaut rentabilité. Les chenils ne sont que des dépôts de chiots, comme les dépôts de pain …

En achetant ces chiots, vous cautionnez ces trafics, par ignorance le plus souvent, heureusement. Voilà le pourquoi de cette piqure de rappel !

Par ailleurs, je vois énormément d’annonces sur leboncoin pour ne citer que ce support, de chiot à 500, 600 voir 700 € non LOF. Nous les éleveurs, nous avons l’œil et savons reconnaître un chiot de pure race, et ces chiots ne le sont pas, pour la plus part des cas. Quand on prend la peine de lire l’annonce en entier, il n’est pas rare de découvrir qu’en fait le papa est de type race, et la maman une autre race. Et bien sur, aucun des parents n’est LOF. Vu sur le boncoin hier : Papa shih-tzu et maman lassa apso, prix 550 €, annonce passée par un professionnel puisque la personne a indiqué un n° de SIREN !!!

Produire des chiots croisés, c’est tout sauf professionnel. Un professionnel doit avoir pour objectif l’amélioration de la race qu’il élève.

Pour rappel, le LOF est la seule garantie d’avoir un chiot de race pure. Les chiots non LOF dit de type ne sont pas reconnus comme pure race.

Il va de soit que ces personnes ne font aucun test de tares génétiques, se soucient comme de leur 1ère culotte des lignées et donc des défauts héréditaires qui peuvent être graves et source de gros frais vétérinaires.

Les personnes non averties/néophytes se font avoir devant la photo d’un chiot, pensant faire une bonne affaire.

Quand au suivi après la vente, il est inexistant évidemment.

Un éleveur vit avec ses chiens, connaît ses chiens, leurs prodiguent amour et soins 365 jours par an, 24h/24 Rares sont éleveurs qui arrivent à prendre des vacances, perso je doute que nous y parvenions, rien que de laisser nos shishis une journée seuls, ils nous manquent et nous nous inquiétons jusqu’à notre retour. Bon, oui, nous sommes un peu, beaucoup gagas de nos chiens.

Nous passons beaucoup de temps au toilettage, à étudier nos lignées, à travailler sur la sélection, à veiller nos mamans au moment des mise-bas et les jours suivant , à l’affut d’une hausse de température, d’un bébé qui ne téterait pas ou mal, qui ne prendrait pas de poids, qui serait en souffrance, à biberonner jour et nuit quand c’est nécessaire. Nous passons du temps tous les jours allongés dans le parc avec les chiots dès qu’ils marchent pour jouer avec eux, les socialiser, et aussi pour connaître leur caractère afin de vous guider au mieux lors du choix d’un chiot.

Nous somme toujours disponible pour nos clients que ce soit avant ou après le départ d’un de nos chiots.

Je ne vais pas vous expliquer nos frais encore une fois, vous pouvez lire mon article ici.

Voilà une liste non exhaustive qui justifient les prix d’un chiot LOF dans un élevage sérieux.

Nous concevons que pour un budget modeste, cela représente une somme.  Nous même, élevage familial, nous ne roulons pas sur l’or, contrairement aux usines à chiots.

Il y a toujours la possibilité de voir avec nous pour programmer une réservation plusieurs mois à l’avance.

Certains vendent leurs chiots avec des paiements en 10 fois par CB. Nous ne validons pas  cette pratique qui va à l’inverse de ce qu’il faut faire quand on ne dispose pas du budget pour l’achat d’un chiot. En effet, l’arrivée d’un chiot engendre des frais : alimentation, laisse-collier, rappels de vaccins, vermifuge, insectifuge, shampoing, jouets, dodo, etc.

C’est pourquoi nous conseillons d’économiser pendant plusieurs mois avant l’achat d’un chiot.

Nous avons eu a refuser à contre cœur la vente d’un de nos chiots récemment à une personne qui n’avait pour seule ressource que le RSA. Nous ne faisons pas de sélection de clientèle en fonction des moyens financiers mais nous pensons avant tout au bien être des chiots qui quittent notre maison.  Les futures maîtres pourront-ils assumer des frais vétérinaires en cas d’accident ou maladie ? Si la réponse est négative,  nous conseillons de reporter à plus tard l’arrivée d’un bébé.

Un autre aspect qui me semble important, c'est le travail de sélection. Il ne suffit pas d'avoir des reproducteurs avec un bon pédigrée, avec un ou plusieurs champions dans la lignée. Il faut aussi s'assurer que les reproducteurs présentent suffisament de qualités pour reproduire. Ce contenter d'un chien simplement confirmé me semble léger comme critère de sélection. J'entends beaucoup d'éleveurs qui disent qu'ils ne vont pas en exposition parce qu'ils n'aiment pas la mentalité qui y règne. Mouais ... Certes il y a des personnes qui ne pensent qu'à gagner, tous les stratagèmes sont bons pour y parvenir. Mais heureusement, il y a aussi des personnes adorables avec qui on peut partager, avec qui on peut devenir amis. Les autres, il suffit de les ignorer tout simplement, sans quoi on leur donne raison d'agir comme des requins. Faire l'effort de sortir son chien en exposition pour avoir l'avis d'un juge, c'est essentiel. Nous ne pouvons pas être objectif comme un juge, nos chiens sont forcément les plus beaux et les plus intelligents. On réagit comme avec nos enfants. Il ne s'agit pas non plus de passer tous les week end en exposition, mais au moins d'y allait pour voir si le chien obtient un carton "Excellent", si possible en spéciale de race afin que le chien obtienne la quotation 2. Un chien qui obtient un "Très Bon" est un beau chien de compagnie mais n'a pas les qualités pour reproduire, à mon sens en tout cas.

Nous recevons régulièrement des photos de nos bébés, accompagnées de remerciements et d’encouragements.

Conclusion, à vous de savoir si vous préférez  faire l’acquisition de votre futur compagnon dans un dépôt de chien (chenil multi-race, animalerie, salon du chiot) ou dans un élevage !

Je citerais une phrase très juste d’une dame qui a acheté une petite femelle il y a peu : « On devrait choisir l’élevage avant de choisir son chiot ! »